Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/03/2011

Bus à Haut Niveau de Service, Piste Cyclable le long de la RD 65 à Clapiers, Gaz de schiste, Dépot-Vente de Granulés de Bois (pellets) à Clapiers

 

1. Bus à Haut Niveau de Service :

 

bus à haut niveau de service,rd 65,soleil des garrigues,clapiers,quartier des oiseaux,gaz de schiste,fracturation hydraulique,pollution des aquifères,groupe europe ecologie clapas ne agglo,dépot vente de granules de bois,pellets

 

 

 

Inauguration anticipée
d’une ligne de bus à haut niveau de services sur la RD 65 en présence de
Catherine Grèze, Eurodéputée Europe Écologie Les Verts

 

Vidéo du reportage de FR3 sur :

http://alienorbertrand.eelv-cantonales.fr/2011/02/25/quel...


Mercredi 23 février à 15 h, Catherine Grèze, Eurodéputée Europe Écologie les Verts, Aliènor Bertrand et Michel Marre, candidats Europe Écologie Les Verts dans le canton de Castelnau le Lez et Crès, inaugureront de façon anticipée la ligne de bus à Haut Niveau de Services «La Grande Ronde» au rond-point de jonction du Crès et de Castelnau. Ils proposent de dédier une voie centrale aux transports publics sur la RD 65 et d’ouvrir une première ligne de bus BHNS en site propre.

Il est encore temps de transférer massivement les investissements routiers du département vers les transports publics !

Le coûteux doublement de la RD 65, hésitant entre projet de boulevard urbain et rocade interautoroutes, a été clairement destiné à l’augmentation du trafic routier, programmant un passage de 40 000 véhicules par jour en 2008 à 60 000 en 2015. Ce choix contribue à augmenter les émissions  de gaz à effets de serre (les transports représentant 58% des émissions du département) et la pollution atmosphérique, particulièrement la pollution à l’ozone.

Le Conseil Général doit transformer son projet en outil efficace de développement des transports publics : les lignes de bus n’ont quasiment bénéficié d’aucune amélioration ces dix dernières années et elles sont très loin de permettre la moindre diminution de la congestion automobile.

L’inauguration anticipée de la première ligne de ligne de bus BHNS qui aura lieu le 23 février à 15 h donne le signal départ d’une nouvelle politique des transports dans le Département. Les lignes de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) sont moins coûteux qu’une ligne de tramway (ils sont environ deux fois moins chers tout compris), assurent un service de qualité (fréquences élevées, cadencement, larges plages horaires jusqu’à minuit) pour des flux limités.

 

 2. PISTE CYCLABLE LE LONG DE LA RD 65 : quelques points de vue dessus (Merci à Thomas pour les photos).

bus à haut niveau de service,rd 65,soleil des garrigues,clapiers,quartier des oiseaux,gaz de schiste,fracturation hydraulique,pollution des aquifères,groupe europe ecologie clapas ne agglo,dépot vente de granules de bois,pellets,piste cyclable

 "Empruntant cette route régulièrement pour aller travailler, je pense que la situation c'est en effet grandement améliorée.
Cependant, lorsqu'on arrive au rond point de Montferrier la piste s'arrête et la voie à suivre reste confuse et non sécurisée, en particulier pour les adolescents se rendant au lycée Agropolis, il serait bon  d'apporter une modification à ce niveau."

"Le bout de piste bricolé en bord de route d'une part, puis les 2 franchissements non protégés, plus le contresens vers le CIRAD qu'on est très nombreux à prendre. Tout cela est boiteux. Un courrier au CG serait bienvenu."
Je peux citer les auteurs de ces lignes si ils le souhaitent.
Ou encore :  

http://forum.velotaf.com/topic/13885-piste-cyclable-etran...

bus à haut niveau de service,rd 65,soleil des garrigues,clapiers,quartier des oiseaux,gaz de schiste,fracturation hydraulique,pollution des aquifères,groupe europe ecologie clapas ne agglo,dépot vente de granules de bois,pellets,piste cyclable

 

Pour ma part,  j'emprunte rarement cette portion. J'avais remarqué cet endroit dangereux de "non-équipement" signalé, fréquent dans la conception des pistes cyclables. J'y avais tourné des petites séquences vidéos (voir plus bas).

 Je vais ou je viens de Prades-le-Lez. Mon problème est plutôt le pont de Baillarguet, le pont "des Platanes" au Nord de Prades vers St Clément ou la traversée de la route de Prades-le-Lez au niveau du rond-point de Girac (je la traverse plutôt que de faire le grand tour du rond point à vélo, ce qui est trop dangereux).  

 
 Quelques vidéos (dont deux très amateurs : appareil photo embarqué sur le casque) sur la vie des cyclistes urbains de l'agglomération de Montpellier :

Vidéo du carrefour d'Agropolis ((sortie du Cirad et du lycée F.Bazille)


Vidéo de la piste cyclable provisoire le long de la RD 65 (Girac) :

Vélotaffeur et piste cyclable de nuit (rond-point de la Lyre ?) :
Vidéo du carrefour d'Intermarché à Jacou :

 

 

3. GAZ DE SCHISTE : le point dessus...

 

source :

 

http://www.gm.univ-montp2.fr/spip/IMG/pdf/rapport_prelimi...

 Pour info, le prochain voeu des élus écologistes au Conseil Municipal sur ce point :

soleil des garrigues,clapiers,quartier des oiseaux,gaz de schiste,fracturation hydraulique,pollution des aquifères,groupe europe ecologie clapas ne agglo

Qu'est-ce que la fracturation hydraulique ?

Certains hydrocarbures sont difficiles à extraire car encore emprisonnés dans leur roche-mère. C’est notamment le cas des gaz de schistes. Dans ce cas il faut rendre l’encaissant de l’hydrocarbure perméable en augmentant sa porosité par l’ouverture de fractures provoquées. Cette fracturation artificielle est créée par injection d’eau sous pression, destinée à fracturer les roches, mélangée à du sable (pour empêcher les fractures de se refermer) et des adjuvants chimiques (entre 0.5 et 2%), pour certains très toxiques, qui permettent à l’eau de s’infiltrer plus facilement dans les roches et évitent l’activité bactérienne qui cimenterait les fractures. Ces adjuvants chimiques, dont la composition est rarement connue, sont des polluants potentiels en cas de fuite. La majorité de l’eau injectée reste dans la formation. Une partie (~ 25%) du liquide remonte en surface, où il est récupéré, stocké dans des bassins de rétention à ciel ouvert avant d’être traité, ou bien ré-injecté dans des réservoirs géologiques naturels à plus de 3km de profondeur (comme au Texas).

 

Problèmes environnementaux :

 L’exploitation des gaz de schistes nécessite la mobilisation de volumes d’eau très importants pour alimenter le procédé de fracturation hydraulique. Cette mobilisation concerne directement les aquifères prélevés, les formations schisteuses exploitées ainsi que les aquifères dans lesquels l’eau récupérée est injectée (cf paragraphe Techniques d’exploitation).

 Même si ces aquifères sont profonds et ne présentent pas aujourd’hui un intérêt particulier en termes de ressource pour l’AEP, non seulement ils seront affectés, et sous l’effet de la pression d’injection ils risquent d’être mis en relation avec les aquifères d’eau potable plus superficiels, par les failles en particulier. Il existe néanmoins d’autres solutions d’approvisionnement d’eau, comme le pompage d’eau des fleuves, ou des canaux de dérivation, comme par exemple dans le cas de l’exploitation des saumures par forage dans les salines de Vauvert.

 De façon générale la compilation des études d’impact concernant les exploitations d’hydrocarbures, et notamment les méthodes faisant appel à la fracturation, font état de quatre grands types de risques qui ont conduit à des dégâts environnementaux importants dans les pays ou ces exploitations ont été développées, principalement aux USA et au Canada :

La contamination des eaux. La présence d’un grand nombre de failles et de fractures géologiques soumises à de fortes pressions de fluides liées à la méthode de fracturation hydraulique peut rendre l’exploitation dangereuse. Sous l’effet des migrations de fluides générées lors de l’exploitation, les fractures géologiques ou induites peuvent constituer des drains permettant à l’hydrocarbure de s’échapper vers les acquifères supérieurs ou des couches poreuses, ou d’arriver en surface. D’autres types de fuites sont possibles par déficience de la protection du forage (tubage et manchon de ciment : le « casing »). Si le défaut de protection est situé dans la partie superficielle du forage, il peut y avoir pollution d’un aquifère exploité.

Les fluides utilisés pour l’hydrofracturation des roches contiennent de nombreux adjuvants chimiques dont des composés cancérigènes ou toxiques comme les fluorocarbones, le naphtalène, les formaldéhydes... dont le détail est encore mal connu car la composition de ces fluides est tenue secrète.

Enfin au contact des roches, les fluides de forage et/ou d’hydrofracturation se chargent également d’éléments potentiellement toxiques emprisonnés par les roches argileuses lors de leur formation. Des composés généralement associés aux roches argileuses comme l’arsenic sont susceptibles d’être remontés en surface et de contaminer la ressource en eau.

En surface les eaux contaminées remontant du forage (plusieurs milliers de tonnes) doivent être stockées dans des bassins de surface en attente de leur traitement. Le conditionnement de ces réservoirs est critique pour éviter des pollutions majeures. La fuite des bassins de rétention (lors de pluies catastrophiques par exemple) polluerait immanquablement les rivières, les fleuves et la ressource en eau potable. Ce risque est particulièrement important dans les régions Méditerranéennes (épisodes Cévenols). Il est également critique en région karstique pour lesquelles l’infiltration des polluants serait quasi immédiate.

L’usage excessif de la ressource en eau : tous les forages ont besoin d‘eau mais les techniques de fracturation provoquée (« fracking ») nécessitent beaucoup d’eau devant être injectée sous pression dans le forage. Le « fracking » pour la mise en production demande de 10 000 à 20 000 m3 d’eau par forage (4 à 8 piscines olympiques par forage).

L’utilisation du terrain et la dégradation liée à l’emprise au sol du périmètre de forage (derrick, matériels annexe, etc) qui doit également inclure la modification de l’environnement liée à toute activité industrielle se développant sur une zone fragile, par exemple le va et vient des camions d’approvisionnement. L’érosion des sols sera nécessairement augmentée par la création de nombreuses pistes. Il faudra être tout particulièrement vigilent sur l’impact des installations industrielles sur les écosystèmes sensibles et déjà fragilisés par les changements climatiques et la pression anthropique, comme les écosystèmes Méditerranéens.

Enfin, l’exploitation peut générer une pollution de l’air : rejet de méthane, de di-oxyde de carbone, de gaz d’échappements en liaison avec l’augmentation du trafic routier.

QUI SOMMES 

 Et toujours le DEPOT-VENTE DE GRANULES DE BOIS A CLAPIERS (PELLETS) :

DSC05680_t2007_9_6_10_20_2_q70_150x112.jpg

-

Sacs de 15 kg (normes DIN + ou NF (Afnor)):
-
Me contacter par mel pour connaitre le tarif par sac livré en précisant la quantité (tarif dégressif en fonction de la quantité) :
-
-
Au vu de la difficulté à s'approvisionner en granulés de bois dans cette partie de l'Agglomération de Montpellier, je propose ce service aux heureux détenteurs d'un poêle à granulés. J'en donne pour exemple, le prix du sac et la "qualité" du stockage à Bricomarché-Jacou :
GRANULESBRICO 006.jpg
GRANULESBRICO 005.jpg
 
Livraison sur le Nord de l'Agglomération de Montpellier : Castelnau, Teyran, Clapiers, Jacou, Le Crès, Montferrier,...
SV107390-1-SM.jpg
Information sur les granulés :
 
Les avantages du granulé (pellet) :

- Ecologique : faible rejet de CO2, favorise la protection de notre planète en valorisant des sous produits de l'exploitation de la biomasse.

- Economique : environ 30% moins cher que le fuel. Participe également au maintien de l'activité locale pour la production et la distribution.

- Performant : stockage et manipulation aisés en vrac et au détail, propreté. Le rendement peut atteindre ou dépasser 90% selon les poêles ou chaudières utilisés.

Fabrication : Produit fabriqué à partir de sciures et copeaux. Les bois utilisés sont des résineux à 100%. La matière première est séchée, broyée, compressée et tamisée, sans aucun additif ni colle.

Caractéristiques techniques :

- Diamètre : 6 mm
- Longueur : 10 à 30 mm
- Humidité < 10%
- PCI hydre > 5000 wh/kg
- Masse volumique > 650 kg/m3
- Liant : aucun

Ce produit doit être conservé au sec.
 
 

Les normes Allemandes DIN (Deutsches Institut für Normung) et DIN+ font réference en matière de qualités des granulés de bois. C'est le certificat le plus utilisé actuellement pour les granulés de bois de bonne qualité et de qualité supérieure.
Ces normes garantissent une certaine qualité selon les critères suivant:

 

Caractéristiques physico-chimiques
des granulés de bois
 
DIN
DIN PLUS
Taux d’humidité (%)
<9
6,15
Masse volumique apparente (kg / m3)
650
640
Teneur en cendre sur sec (%)
<0,5
0,28
Diamètre (mm)
6
6
Longueur (mm)
10-30
21-32
Pouvoir calorifique kWh/kg
4,72
>5
Eléments chimiques en % sur des granulés de bois secs
Azote N
0,33
0,06
Chlore Cl
0,07
0,002
Souffre S
0,05
0,007