Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/05/2010

CHEMINEMENT PIETONS-CYCLISTES RD 65 + TRANSPORTS EN COMMUN DANS L'AGGLO + TAXATION DES TRANSACTIONS FINANCIERES

Je retransmets la lettre de Nils Ferrand, président de Clap'Bike sur les cheminements doux le long de la RD 65 et,

- en Annexe1, un billet d'humeur de JF Chalvin sur les transports de l'Agglo de Montpellier;

- en Annexe 2 : signez la pétition sur la taxation des transactions financières : www.makefinancework.org/?lang=fr/

- en Annexe 3 : Suite à la réunion sur l'urbanisation à Castelnau le Lez, révision du PLU à prévoir ?

Dernière nouvelle : Le Vieux Biclou et l'association Mandarine très impliquées dans la 
promotion de l'écomobilité sur Montpellier, proposent une soirée débat 
sur le thème "mobilité et qualité de vie" le mardi 1er Juin à 18h à la 
Maison de la Démocratie.
Cette soirée s'inscrit dans le contexte du 
Plan Local de Déplacement de Montpellier.
Ci dessous plus d'explications...
Nous comptons vivement sur votre présence pour défendre votre point de 
vue de cycliste urbain, ou autre...
Merci de faire passer ce mail à toute personne susceptible d'être intéressée.

RD65-DANGER.jpg
Objet : Réouverture effective piétons vélos sur travaux RD65 vers Agropolis et Euromédecine

Bonjour à tous,

Après les échanges "piétons - vélos RD65" dont vous avez été destinataires début mars et la sortie "Gazette" qui a fait des vagues, les lignes ont largement bougé et la situation s'est grandement améliorée sur ce front. Tous ceux qui circulent vraiment à pied ou vélo (et non en 4x4 derrière les bornes béton) ont pu constater concrètement que désormais on avait un passage raisonnable, assez stabilisé.
AVRIL2010 003.jpg
Le site de la mairie en indique le déroulé (http://www.ville-clapiers.fr/download/actus/cheminement%2...)
NB :  il est très important pour votre sécurité de passer derrière la médiathèque via le nouveau passage ouvert derrière les bornes béton . Prenant quotidiennement ce circuit avec mon aîné, on peut dire qu'il fonctionne correctement et infiniment mieux que les options antérieures. En pratique il resterait juste à protéger un peu (plots séparateurs) la section de piste cyclable entre la nouvelle boulangerie et Girac et marquer au sol le double sens - ceci pour éviter les possibles conflits avec scooters ou motos. Sinon la section pont passe désormais sur la nouvelle route, jusqu'à l'ouverture de la cyclable en principe avant fin juin. On n'a pas eu de conflit récent avec les engins, même si il faut faire attention dans la zone partagée.
AVRIL2010 015.jpg


Nous avons eu moults discussions pour en arriver là et dans un premier temps les échanges avec le CG34 m'ont bien agacé par leur manque de cohérence avec la réalité du passage sur le chantier. Par la suite on est revenu à un dialogue direct avec Gabrielle Crouzil et ça a mieux fonctionné, elle assurant l'interface et la pression pour le solutionnement. Nous avons refusé des options alternatives trop dangereuses. On nous a refusé le feu temporaire au rond-point. On a demandé le signalement, etc. Tout n'est pas parfait mais on doit reconnaître les progrès réalisés. Il restera à voir à moyen terme, et nous y veillons sur le terrain matin et soir, à ce que ça ne dérive pas de nouveau avec des entreprises insuffisamment brieffées qui ne respecteraient pas ce passage.
Soyons attentifs et optimistes et surtout :
REVENEZ Y A PIED ET VELO... c'est la meilleure façon de démontrer la nécessité et d'assurer la pérennité de ces actions. (R-)ABANDONNEZ vos voitures !

Cyclistement votre.
Nils FERRAND
Président de Clap'Bike

 AVRIL2010 010.jpg


Il reste à sécuriser le passage piéton car il est sur deux files de voitures et parfois l'une des voitures engagées masque le piéton ou le vélo engagé sur le passage piéton aux yeux des autres voitures. Encore un petit effort, Mme Crouzil !
V.Meynier
AVRIL2010 008.jpg
Bientôt quelques vidéos sur la vie des cyclistes urbains de l'agglomération de Montpellier :
A venir : la vidéo de la piste cyclable provisoire le long des travaux de la RD 65,
la vidéo du carrefour d'Intermarché à Jacou.
ANNEXE 1 : REFLEXION SUR LES TRANSPORTS EN COMMUN de l'Agglo de JF Chalvin (St Drezery) :
À nos amis de Montpellier intra-muros qui régulièrement remettent sur le tapis des exemples en faveur de la gratuité des transports, je rappelle que le cas de Montpellier-Agglo est assez différent de ceux des autres villes.

En effet, ces dernières années ont vu un démantèlement sans précédent des réseaux de transports publics dans les communes autour de Montpellier.

Au cas où vous n'auriez pas encore réfléchi à cela, je rappelle l'évidence : les bagnoles qui se bousculent chaque matin et chaque soir aux portes de Montpellier ne sont PAS celle des montpelliérains, mais celles des communes voisines où nous n'avons plus de vrais transports publics conformes à la définition qu'en donne l'organisme de référence, le CERTU.

Le véritable enjeu dans notre Agglo, ce n'est pas de gaspiller les fonds publics pour accorder égoïstement un avantage supplémentaire (la gratuité) à ceux qui sont déjà privilégiés par la présence de transports publics.
Le défi, c'est de rétablir un vrai système de transports performants, capable d'attirer et transporter 75 à 80% des automobilistes actuels, afin de se conformer aux engagements internationaux de la France sur la réduction des gaz à effet de serre.

Dans les communes voisines, nous voyons certes passer ponctuellement quelques "véhicules publicitaires" qui se promènent en arborant les logos de l'Agglo ou du département, mais rien qui permette de se déplacer de façon acceptable.
Par exemple :
- 1h40 de trajet au lieu de 20 mn
- on paye 2 tickets au lieu d'un
- intervalle de 4h entre bus
- fin du service à 17h32
- pas de bus le week-end ni hors période scolaire
- destinations et horaires aberrants incompatibles avec les horaires des lycées, facs, cinés etc.
- comme le voyageur est contraint à 3 ou 4 correspondances, on est à peu près sûr que l'une d'elles va foirer. Quand c'est la dernière, on finit en stop (et ça tombe toujours un jour de pluie).

Le pire, c'est que ces "non-transports" coûtent très cher au contribuable puisque les véhicules continuent à circuler à vide.

Pour desservir des communes distantes de plusieurs Km, il faudrait des bus directs, pas un parcours multi-correspondances, ni un tram-tortillard qui s'arrête tous les 500m.

Et contre les embouteillages aux entrées/sorties de villes, il existe une solution économique : le couloir de bus mono-voie réversible.
C'est une chaussée centrale en site propre, que les bus empruntent le matin pour entrer en ville et le soir pour en sortir.
Les bus qui font le trajet inverse peuvent rouler sur les voies ordinaires puisqu'ils n'ont pas d'embouteillage dans leur sens.

Voilà.
Quand il existera de vrais transports, on pourra reparler de leur gratuité.
--
Jean-Philippe Chalvin

ANNEXE 2 : TAXATION DES TRANSACTIONS FINANCIERES :

> Attac et une large coalition de syndicats et associations lancent aujourd'hui une pétition citoyenne pour taxer la finance:

www.makefinancework.org/?lang=fr/
 
> Depuis plusieurs mois Attac travaille à mettre en place en France une large coalition pour mobiliser les citoyens afin d'imposer la mise en place d'une taxe sur les transactions financières (TTF).
>
> Aujourd'hui, à l'occasion des journées internationales d'action pour la TTF organisées dans plusieurs pays d'Europe et d'Amérique du Nord, cette coalition publie un communiqué de presse commun (voir ci-dessous) et lance une pétition citoyenne adressée au G20.
>
> 1. Qu'est ce que cette coalition ?
>
> Cette coalition constitue par elle-même un évènement politique inédit, puisqu'elle regroupe avec Attac une palette large de syndicats (CGT, CFDT, FSU, Solidaires), d'associations écologiques (Amis de la Terre, WWF, Action consommation), d'associations de solidarité internationale (Oxfam, CCFD, CRID, Aitec, Foi et Justice, RITIMO) et de lutte contre les pandémies (Aides). D'autres associations participent au processus unitaire qui débouchera, à partir de septembre prochain, sur une campagne en vue du G20 qui se déroulera en France au printemps 2011. Des campagnes similaires se déroulent aujourd'hui aux USA, au Royaume-Uni (http://robinhoodtax.org.uk/), au Canada (http://robinhoodtax.ca/), en Allemagne (http://www.robinhoodsteuer.de/), en Autriche (http://www.steuergegenarmut.at/) et en Italie (http://www.zerozerocinque.it), portées par les mêmes alliances entre mouvements syndical, écologique et de solidarité internationale.
>
>
> 2. Quelles sont les bases politiques de la coalition ?
>
> La coalition s'est formée autour d'un objectif - imposer des taxes sur les transactions financières - et de deux finalités: lutter contre la spéculation financière et financer les biens publics mondiaux. L'existence même de cette coalition et ses thèmes centraux montrent l'avancée des idées d'Attac dans le débat public. Vu la diversité de la coalition elle est évidemment traversée de débats intenses: faut-il mettre en avant la lutte contre la finance ou surtout la levée de fonds pour les urgences sociales et climatiques ? Faut-il réclamer une taxe mondiale, européenne ou nationale ? L'argent doit il aller entièrement au Sud ou les biens publics mondiaux à financer concernent-ils aussi les pays du Nord ? (Débats qui peuvent d'ailleurs aussi traverser notre association...).
>
>
> 3. Qu'est ce que cette pétition ?
>
> La pétition est le premier acte collectif de la coalition française pour la TTF. Elle s'adresse aux dirigeants du G20 à l'occasion de la rencontre de Toronto au Canada, fin juin 2010. Elle a été conçue dans le cadre du réseau européen sur les crises, auxquels participent les Attac d'Europe et d'autres organisations citoyennes européennnes (Friends of the Earth Europe, Eurodad, ...), et endossée par la plupart de nos partenaires français. Elle peut être signée dans différentes langues, et a déjà été lancée en Allemagne, en Autriche, en Italie, ou elle a déjà récolté 30 000 signatures. La pétition peut être signée sur le site makefinancework.org ou à partir des sites des organisations participantes, dont bien sûr celui d'Attac. Si vous vous occupez d'un site internet, le formulaire de la pétition peut être très simplement ajouté à votre site en suivant les instructions indiquées dans la rubrique "créer votre widget" à la page d'accueil de makefinancework.org.Il s'agit d'une pétition électronique: à ce stade, des signatures sur papier ne sont pas prévues.
>
>
> >
>
> [1] Le texte de la pétition citoyenne à la laquelle appellent les organisations est disponible sur leurs sites respectifs, ainsi que sur le site centralisateur : www.makefinancework.org/?lang=fr/

ANNEXE 3 : 

« Le développement urbain en question ( s) ? »

Rencontre publique mardi 18 mai à 20 h au Palais des sports de Castelnau le Lez.

La réunion publique organisée par Vive Castelnau, les Verts et Europe écologie au palais des sports Jacques-Chaban-Delmas, sur l'urbanisation, a rassemblé, outre les militants écologistes, plus d'une cinquantaine de personnes.
Avec humour et minutie, Michel Marre a présenté un photo reportage sur les choix esthétiques et écologiques qui président aux transformations de la ville, avec la disparition des dernières forêts de feuillus du Devois, et l'apparition d'un nouveau paysage urbain minéral, standardisé, planté de palmiers.
Aliènor Bertrand a ensuite analysé les causes de l'urbanisation, et de l'accélération impressionnante de son rythme, depuis un an et après l'intervention de Odile Jacquet, association Éco-habitons, chacun a pu mesurer la différence entre une densification écologiqueguidée par une vision sociale de l'habitat collectif et la multiplication de programmes immobiliers spéculatifs, qui se construisent à Castelnau-le-Lez.
Un débat très animé s'est engagé, où nouveaux et plus anciens habitants de Castelnau-le-Lez ont fait part de leurs interrogations, de leurs expériences et de leurs réflexions. Le débat a porté sur la méconnaissance du risque d'inondation (clinique du Parc, parkings des immeubles de l'avenue de l'Europe), sur la délégation de l'aménagement de l'espace public aux promoteurs privés et sur la disparition des terres agricoles, notamment des 110 hectares qui vont être lotis à l'emplacement du Gérontopole.
L'incohérence de la politique commerciale, la circulation au centre du village, le surdimensionnement des surfaces commerciales à vendre, la mort des vergers du sud de la commune et la limitation de la ressource en eau, ont été les derniers thèmes abordés. Il est apparu de façon unanime qu'il fallait réviser nos documents d'urbanisme, et particulièrement le PLU (plan local d'urbanisme).
Une grande pétition sur un site Internet dédié, demandant cette révision, sera lancée dès la semaine prochaine.

Midi Libre du 26/5/2010 :
 http://www.midilibre.com/articles/2010/05/26/VILLAGES-Les...